A chaque époque sa génération et cette lettre qui la caractérise, la définit, l’enferme presque dans une case.

« Tu es né en quelle année ? Ah, toi tu es de la génération X. Ma petite soeur, c’est la génération Y. C’est mieux que les millenials… Ah cette génération Z, ils sont insupportables. Aucune rigueur, aucune implication dans leur travail. »

Les marketers et autres cabinets de conseil s’y accrochent avec la plus grande attention : Qui est notre cible ? Que consomme-t-elle mais surtout comment consomme-t-elle ? Sur quel canal / réseau et avec quel ton doit-on les captiver ?

B, X, Y, Z… A l’heure où, en France, les fervents défenseurs d’un probable candidat à l’élection présidentielle s’emparent du terme de « génération Z », et où une nouvelle ère de consommation de contenus se profile, la Génération M, i.e. Métaverse, pourrait bien être la future génération à cibler.

Avant de comprendre ce qui caractérise nos futurs consommateurs, revenons sur les caractéristiques de leurs ascendants.

Caractéristiques des générations à l'ère du numérique

Les plus âgés d’entre nous sommes réputés pour être « plus stables » à notre relation au travail, plus enclins aux échanges en physique ou de vive voix, alors qu’on prête aux plus jeunes générations un profil moins ancré sur la notion de propriété et plus attiré par « l’expérience », sans jamais ne se laisser enfermer dans une relation (professionnelle ou amicale) où la présence physique est indispensable.

Comme toute explication qui cherche à nous mettre dans une case, entre communautés, ces définitions sont très réductrices mais nous permettent d’identifier ce qui façonne, caractérise ou différencie les générations qui se succèdent.

Alors maintenant, intéressons-nous aux plus jeunes d’entre nous, ceux nés après 2010, après Facebook, Instagram & Netflix, ceux pour qui « swiper » est d’une évidence déconcertante, ceux pour qui l’argent de poche ne sert plus à s’acheter des bonbons à la sortie de l’école mais les dernières baskets à la mode pour habiller son avatar.

Aucun texte alternatif pour cette image

Outre-Atlantique, on ne les appelle même pas Alpha (déjà dépassé sûrement), ni même Bêta (trop connoté « version test ») mais bien « Génération M ».

Entendez par là, la Génération Metaverse (si vous êtes passé à côté de la révolution Metaverse qui se profile, je vous invite à relire cet article).

La Génération M, c’est celle qui va encore à peine à l’école, qui ne se souviendra même pas de la déflagration covid, et qui sait déjà comment déverrouiller un téléphone pour se prendre en photo alors qu’elle ne sait pas encore parler (c’est du vécu 😍).

Dès leur plus jeune âge, on peut facilement imaginer qu’ils s’engageront et s’immergeront complètement dans un monde virtuel en 3D, de la même manière que nous interagissons désormais naturellement avec nos téléphones portables, à jongler entre nos différents réseaux sociaux et nos différents écrans.

Leur monnaie sera bien évidemment une cryptomonnaie (Bitcoin ? Ethereum ? A suivre…) et ils s’achèteront des baskets, des oeuvres cryptopunks, ou des cartes de foot en NFT.

Aucun texte alternatif pour cette image

Ils comprendront la métanomique, l’économie du métavers, sauront coder aussi vite que vous savez taper un email sur votre clavier.

Chaque soir en rentrant de l’école (s’ils y vont ! Car le système éducatif pourrait être profondément modifié également), ils retrouveront leur avatar , et ils seront bien plus attachés à des marques virtuelles (qui n’existent sûrement pas encore) qu’à nos chères marques physiques qui ont intérêt dès aujourd’hui à anticiper l’avenir pour ne pas mourrir.

Ils seront les moteurs et les propriétaires de la nouvelle économie des créateurs.

Ils baseront leurs choix de carrière sur les possibilités qui leur sont offertes de faire partie du metaverse, qu’il s’agisse de le construire ou d’y créer une entreprise.

Oubliez la génération Z (trop connotée chez nous en France ces temps-ci!), projetez-vous d’ores-et-déjà auprès de la Génération M !

Quel impact sur mon activité professionnelle ? Comment être acteur du changement ?

Si vous souhaitez comprendre l’impact de cette transition numérique sur votre activité ou mobiliser vos équipes sur ces sujets passionnants, contactez-nous